Notre Inde rêvée
Deux amoureux, Pascal et Fanny, rêvant depuis toujours de partir en Inde. Avec une amie, Claire, nous partons en première intention à Calcutta pour faire du bénévolat auprès des missionnaires de la Charité de Mère Teresa. La découverte du pays, de la culture indienne et des populations est notre principale souhait. Nous profiterons de la dernière moitié de notre séjour pour découvrir quelques grandes villes du Nord de l'Inde, telles que Delhi et son quartier de Pahar Ganj, Agra et son majestueux Taj Mahal, Varanasi, la ville mystique... Nous esperons, à travers ce blog, présenté sous forme de carnet de voyage, vous faire partager notre amour pour l'Inde et nos ressentis sur ce premier séjour en tant que routards.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

«  Décembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031


Lieux visités
Kolkata Nice Âgrâ

Rubriques

Agra
Calcutta
Delhi
Dharamsala
Varanasi

Sites favoris

Volontaires à Calcutta
Conseils aux voyageurs
La cité de la joie
Maps of India
Mère Teresa de Calcutta
The Spice Maker
Carnet de route d'un voyage autour du monde
Mon site de recettes du monde

Bels et bien rentrés... par Fanny - 05 octobre 2009

Voilà plus de trois mois que nous sommes rentrés. Bien que nous avons passés les premiers jours après le retour à farnienter et récupérer des forces, avec l'idée de profiter plus des choses et des gens qui nous font du bien, la routine et le quotidien a forcément repris le dessus, car il a fallu reprendre le travail, malgré nous... Bien sur, nous arrivons à relativiser beaucoup plus de choses aujourd'hui : des problèmes qui au bout du compte n'en sont pas, éviter des conflits qui ne servent qu'à faire du mal, et perdre du temps à des choses futiles, entre autres. Il est important de prendre son temps dans les activités que l'on aime et de partager des moments avec amis et familles. De nouveaux projets sont nés également.

Mais le plus difficile, c'est de réaliser que l'on est vraiment rentré et que l'Inde est bien loin maintenant. Il est vrai que pendant les derniers jours du voyage, on avait hâte de rentrer, car très fatigués. Mais très vite après le retour, le manque s'est fait ressentir. Evidemment, le calme, la fraicheur auquels on aspirait tellement pendant notre périple, nous a fait du bien. Oui, mais il y a ce manque. Plus de bruit, plus d'odeur, fini les gens qui nous dévisagent dans la rue, ici on est invisible. Et ces chauffeurs de bus et de rickshaws qu'on a tant maudit. Ils étaient quand même bien plus sympas que ces français au volant si individualistes. Nous avons bel et bien quitté la planète India et la réadaptation n'est pas si facile. Pour moi, une partie de mon coeur n'a pas quitté l'Inde et me rappelle auprès d'elle. Ce sont les enfants de l'orphelinat qui me manquent le plus. Surtout Basker et Sneha à Daya Dan et aussi Johnny et Antonio à Shishu Bavan. Les femmes de Prem Dam aussi me manquent et je regrette de ne pas avoir passé plus de temps là-bas. Je ne leur ai même pas fait mes adieux. Je sais que j'y retournerai de toute façon. Même si Calcutta a été le plus dur pour nous tous. Par la chaleur et l'humidité, la misère, la saleté, le bruit, les mauvaiss odeurs. Comme quoi, Simone, avec sa sagesse et son experience de plus de 80 ans, nous avait prévenus : "ces indiens veulent nous rendrent chèvre, mais y a rien à faire : on revient toujours !" Oh que oui, on reviendra ! Nous ne savons pas quand, dans plusieurs années probablement. Mais c'est certain ! On s'organisera mieux cette fois-ci et on ira à une saison moins chaude comme novembre, après la mousson, quand le Gange est bien remplit.

Pour conclure, même si nous pensions être bien préparés à ce voyage, nous avons pourtant été chamboulés dans notre vision du monde, déjà bien pessimiste. Des inégalités qui ne font que croitrent entre les différents groupes de populations, une planète qui manque d'air pur. Pourquoi en 2009, tant de gens ne mangent pas à leur faim, n'ont pas un toit sécurisé pour dormir, n'ont pas d'accès à la santé...? Pouquoi tant d'enfants subissent aussi ces drames ? Nous revenons avec encore plus de questions sans réponses. Et dans notre quotidien, dans notre pays si riche mais qui ne redistribue pas au plus démunis, il demeure bien difficile d'accepter ce fonctionnement.

Sur la carte : notre trajectoire au final.


Publié à 17:31, le 5/10/2009, Nice
Mots clefs : retour de voyage
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien